UA-15821650-81
1

Problèmes de peau

filet orange

Ce qu’on ne vous dit
jamais concernant
la protection anti-UV

prevnext

fleche-bas

Troubles de la pigmentation :
Mélasma
Teint irrégulier
HPI
Éphélides (taches de rousseur)
Protection anti-UV

QU’EST-CE QUE LE RAYONNEMENT UV ?
Tout le monde est exposé aux rayons UV du soleil et un nombre croissant de personnes sont exposées à des sources artificielles utilisées dans l’industrie, le commerce et les loisirs. Les systèmes de protection cellulaire intégrés à la peau diminuent progressivement avec l’âge et la production endogène de radicaux libres augmente en raison des changements métaboliques. Notre environnement joue également un rôle dans la formation de radicaux superoxydes. Les rayons UV et les polluants favorisent tous la formation de ces radicaux qui sont l’une des principales causes du vieillissement cutané et des troubles de la pigmentation de la peau.

Par conséquent, parmi toutes les formulations de soins appliquées sur la peau, la protection solaire est l’une des plus importantes afin de la protéger contre les dommages supplémentaires et l’apparition des taches brunes. 

Toutes les protections solaires ne sont pas égales, car divers types de composés protègent contre différentes bandes de rayonnement. Nous devons comprendre ce qu’est le spectre UV et comment il affecte la peau pour faire des choix plus éclairés et meilleurs.

Les émissions du soleil comprennent la lumière visible, la chaleur et le rayonnement ultraviolet (UV). Alors que les rayons UVC (longueurs d’onde de 100 à 280 nm) sont absorbés par l’ozone atmosphérique, la plupart des rayons UVA (315-400 nm) et environ 10 % des rayons UVB (280-315 nm) atteignent la surface terrestre. Les UVA et les UVB sont d’une importance majeure pour la santé humaine.
De petites quantités d’UV sont essentielles à la production de vitamine D chez les humains, mais une exposition excessive peut avoir des effets aigus et chroniques sur la peau, les yeux et le système immunitaire.

Le rayonnement UVB pénètre dans l’épiderme et est responsable de la plupart des dommages épidermiques par sa capacité à créer de l’érythème et des coups de soleil. Il a été étiqueté « le rayon de bronzage » parce qu’il stimule le mélanocyte pour déclencher la mélanogénèse. Le rayonnement UVB stimule également les cellules pour produire un épiderme plus épais. Ces réactions sont la défense de l’organisme contre d’autres dommages causés par les UV. De fortes doses d’UVB augmentent le risque de développer un cancer de la peau. Le mécanisme exact de la façon dont les UVB initient ou favorisent le cancer de la peau n’est pas encore connu. Chez les personnes souffrant de Xeroderma pigmentosum, une maladie pigmentaire rare, la capacité de réparer les dommages à l’ADN causés par l’exposition aux rayons UV est altérée. Les taux beaucoup plus élevés de cancer de la peau chez ces patients suggèrent que les dommages directs de l’ADN par les rayons UV pourraient être le mécanisme qui relie l’exposition au développement du cancer.

Le rayonnement UVA active le pigment de mélanine déjà présent dans les cellules supérieures de la peau. Il crée un bronzage qui apparaît rapidement mais qui se perd aussi rapidement. De plus, les UVA pénètrent dans les couches plus profondes de la peau et ont été liés à l’endommagement du collagène et des fibres de soutien de l’élastine du derme dû à une augmentation de l’enzyme des métalloprotéases de la matrice (MMO), la collagénase contribuant au vieillissement cutané et à la matrice dermique. Des études récentes suggèrent fortement que les rayons UVA peuvent favoriser le développement de cancers de la peau. Les mécanismes de ces dommages causés par les UVA ne sont pas entièrement compris, mais une hypothèse populaire suppose que les UVA augmentent le stress oxydatif dans la cellule.

COMPRENDRE LE DOSAGE DE PROTECTION CONTRE LES UV
Les ingrédients actifs des écrans solaires se présentent sous deux formes : les filtres minéraux et les filtres chimiques. Chacun utilise un mécanisme différent pour protéger la peau et maintenir la stabilité au soleil.

Les écrans solaires les plus courants sur le marché contiennent des filtres chimiques. Ces produits comprennent généralement une combinaison de deux à six des ingrédients actifs suivants : Oxybenzone, (benzophénone), Avobenzone (méthoxydibenzolmethane butyle), Octisalate (salicylate d’éthyle), Octocrylène, Homosalate et Octinoxate (méthoxycinnamate d’éthyle).

Des études ont montré que les écrans solaires minéraux contenant de l’oxyde de zinc et/ou du dioxyde de titane sont moins nocifs et toxiques pour l’organisme que les filtres chimiques. Cependant, seule une poignée de produits sur le marché combinent des filtres minéraux avec des filtres chimiques.

Les écrans solaires sont commercialisés par SPF, une valeur qui représente le degré de protection contre les UVB qu’ils offrent, mais pas leur protection contre les rayons UVA. Malheureusement, de nos jours, une course est en cours parmi les fabricants d’écrans solaires pour créer le plus haut SPF que la Recherche & Développement puisse acheter, c’est une bataille de marketing menée sur le terrain de la classification SPF qui est le moins comprise par les consommateurs.

L’un des plus grands mythes et malentendus entourant la protection par SPF est que le SPF n’est pas une protection en soi. Il indique plutôt le temps qu’il faudra aux rayons UVB pour rougir la peau lorsqu’on utilise un écran solaire, comparativement au temps qu’il faudrait à la peau pour rougir sans le produit. Malgré des changements attendus depuis longtemps, de nombreux écrans solaires continuent d’avoir un indice SPF élevé que certains experts considèrent comme trompeur et potentiellement dangereux, selon un sondage réalisé par le Groupe de travail sur l’environnement, un groupe de défense des consommateurs, auprès de 1 400 produits de protection solaire.

De nombreux consommateurs supposent que le SPF 30 est deux fois plus efficace que le SPF 15, mais en fait, la différence entre les deux est négligeable. En termes de pourcentages : le SPF 15 filtre 93 % de tous les rayons UVB entrants. Le SPF 30 empêche 97 % d’entrer et le SPF 50 empêche 98 % d’entrer.

La Fondation du cancer de la peau soutient qu’un écran solaire à large spectre (UVA/UVB) avec un SPF de 15 ou plus est nécessaire pour une protection adéquate au quotidien. Bien que le SPF 50 n’offre qu’une protection contre les rayons UV supérieure de 5 % à celle du SPF15, le SPF 50 contient des concentrations beaucoup plus élevées de filtres chimiques et potentiellement perturbateurs et irritants du système endocrinien. Des études en laboratoire indiquent que certains filtres UV chimiques peuvent imiter les hormones, et les médecins signalent des allergies cutanées liées aux écrans solaires, ce qui soulève d’importantes questions sur les conséquences non intentionnelles pour la santé humaine de l’application fréquente d’écrans solaires. Les peaux traitées avec des peelings chimiques sont plus perméables et potentiellement sensibles et réactives, il est donc préférable de privilégier l’utilisation de filtres minéraux sur celles-ci.

Aucun écran solaire, quelle que soit sa puissance, ne reste efficace plus de deux heures sans une nouvelle application. Un SPF élevé crée un faux sentiment de sécurité, encourageant les individus à trop s’exposer au soleil. La réapplication d’une protection solaire plutôt que de remettre le temps d’exposition à zéro agit plutôt comme un booster à l’application initiale. Par exemple, deux applications d’écran solaire à 60 et 120 minutes n’ajoutent qu’environ 45 minutes de protection supplémentaire contre les coups de soleil ou 100 % de DEM (dose érythémateuse minimale). La DEM est une échelle universelle et une valeur seuil utilisée pour déterminer la propension de chaque individu aux coups de soleil lorsqu’il est exposé au soleil (intensité UV) ou une source de lumière artificielle qui peut produire des coups de soleil. Les dommages causés par les rayons UV peuvent se produire sans qu’il y ait de doses de rayons UVB susceptibles de faire rougir la peau, et même les meilleurs écrans solaires ne devraient être considérés que comme un élément essentiel d’un régime de traitement complet pour protéger votre peau.

MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR
Le cancer de la peau sous ses diverses formes est le type de cancer le plus répandu dans le monde et les taux globaux augmentent, principalement en raison d’une surexposition au rayonnement solaire. Il existe deux principaux types de mélanome du cancer de la peau, le mélanome et le non-mélanome, ce dernier étant plus fréquent. Les mélanomes sont presque toujours pigmentés et se développent généralement à partir de lésions cutanées pigmentées.

L’incidence du cancer de la peau autre que le mélanome est en augmentation avec environ 1 million de nouveaux cas chaque année aux États-Unis seulement. Les taux de survie au cancer de la peau autre que le mélanome sont supérieurs à 99 % s’ils sont dépistés tôt, d’où l’importance de la surveillance et des traitements préventifs avec un dermatologue.

Si vous avez un grain de beauté, des taches de rousseur ou des taches foncées qui vous préoccupent, allez voir un expert médical. Ce n’est peut-être pas un mélanome, mais s’il s’agit d’un mélanome, il est crucial qu’il soit reconnu et traité tôt.

Solution dermatologique recommandée